La compétition est-elle interdite dans l’Aïkido ?

Les tournois suscitent souvent des contributions apparemment divergentes à propos de leur existence et de leur statut dans cet art martial né vers 1924. Sous son apparente trivialité, ce débat à propos de la compétition permet d’identifier des spécificités de cette voie martiale.

Un art sans compétition

De nombreux auteurs ont affirmé que les Principes basés sur l’aïkido font que cet art martial interdit la compétition.

Les tenants de cette vision expliquent que ce chemin martial part du principe qu’il faut clore le combat avant qu’il commence. Cela se fait en renvoyant à l’adversaire l’énergie qu’il utilise pour attaquer.

Les partisans de ce point de vue ajoutent que Morihei Ueshiba, le fondateur de la discipline se souciait essentiellement du développement global. Par ailleurs, le maître aurait dit son opposition à la compétition.

L’aïkido, un ensemble de voies

Contrairement aux apparences, les compétitions existent bel et bien dans l’aïkido. Cela s’explique par une des singularités de ce chemin martial : le fait qu’il contient plusieurs voies complémentaires, mais parfois extérieurement différentes.

Le Shodokan qui est aussi appelé Tomiki aïkido est une école née vers 1960.

Ce chemin associe judo et aïkido. Cela lui permet de s’organiser en compétitions appelées “aïki randori ho”. Ces dernières incluent les katas et des combats.

Cette école essaye de faire une synthèse entre deux pôles :

  • D’une part, le développement intérieur constituant une pratique solitaire dont la réussite est personnelle.
  • D’autre part, le combat en compétition impliquant une reconnaissance par d’autres et un affrontement noté avec un adversaire extérieur.

Si certains pratiquants voient dans la compétition une perte de l’essence essentiellement spirituelle de cet art martial. D’autres considèrent que des techniques “omote” de l’aïkido prévoyant des positionnements dans lesquels le combattant est vulnérable aux coups ne disparaîtront pas à cause de leur absence d’intérêt lors d’un affrontement pendant une compétition. La compétition n’est pas interdite. Elle ne constitue pas une menace pour le style non compétitif de l’aïkido.